tna blog

Les 5 éléments à retenir pour votre système d’assaisonnement

publié le 25 mars, 2014 por

Les systèmes d'assaisonnement font partie intégrante des lignes d’en-cas, de confiserie ou de boulangerie-pâtisserie. Ce sont eux qui sont responsables de l'arôme, de la sensation en bouche et de l'aspect du produit. L'assaisonnement se caractérise par quatre critères: l'odeur, le goût, l'aspect et le temps. Les deux premiers critères dépendent de la recette, mais les deux autres sont directement liés à l'application et à la configuration de l'assaisonnement, sachant que l'équipement utilisé doit associer vitesse, précision, régularité, flexibilité et minimisation des rejets.


¿Est-ce le cas pour votre équipement? Répond-il à vos besoins actuels et futurs? Si vous avez répondu non à l'une de ces questions, c'est que vous devez peut-être revoir votre process d’assaisonnement, en identifiant le système le plus pertinent par rapport à vos besoins, notamment du point de vue de la performance et de la flexibilité.




Vous trouverez, ci-après, cinq critères à étudier pour choisir un système qui correspond à vos besoins spécifiques. Et vous ne porterez plus le même regard sur l'assaisonnement.






1. Le type de produits à assaisonner:

chaque type d’en-cas a des attributs, une structure, une surface et une topographie qui lui sont propres et qui déterminent les contraintes d'application. Les méthodes de producctino affectent également l'assaisonnement des produits. Ainsi les produits cuits, plus secs, doivent être recouverts de davantage d'huile pour faire adhérer les aromatisants en poudre alors que les produits frits seront suffisamment huilés pour obtenir une bonne adhérence. Et vous ne devez pas vous limiter aux produits que vous fabriquez aujourd'hui. Vous devez aussi réfléchir aux évolutions et aux diversifications futures.

2. Répondre à différents besoins d’application:  

les différentes formes d'assaisonnement, poudre sèche aromatisée, huiles aromatisées ou mélanges d'huile et de poudre, ne libèrent pas l'arôme de la même manière et peuvent être adaptées aux palettes de saveurs recherchées par les consommateurs. Une usine regroupant de nombreuses lignes d’en-cas ou de boulangerie-pâtisserie doit pouvoir fonctionner avec plusieurs méthodes d'assaisonnement. Deux possibilités s'offrent à vous : l'assaisonnement sur la ligne principale (MLS) et l'assaisonnement intégré (OMS). Votre choix dépendra de vos besoins en termes de flexibilité et d'application et de la taille de votre ligne de production.

3. Faire adhérer l’assaisonnement:  

l'huile est l'ingrédient le plus courant pour faire adhérer l'assaisonnement, surtout s'il est pulvérulent. Il faut savoir quand appliquer l'huile et en quelle quantité pour être sûr d'obtenir une bonne couverture de produit qui, s'il est très chaud, absorbera l'huile rapidement. L’enrobage uniforme et l'homogénéité sont, ici, indispensables.

4. Obtenir une application homogène:  

la réduction des rejets et du coût des matières premières est devenue une préoccupation majeure au cours des dernières années. En effet, les rejets ou les pertes de matières premières dus à un problème d'application ont un coût. Les solutions intégrées de commande et de surveillance permettent d'ajuster l'assaisonnement au produit et d'optimiser l'efficacité.

5. Restaurer la confiance dan les etiquettes:  

les consommateurs lisent désormais davantage les étiquettes avant d'acheter. Le choix du meilleur système d'application permet d'appliquer précisément la quantité d'huile nécessaire pour le goût. En outre, l’homogénéité de l'application garantit l'utilisation de la quantité de matières grasses indiquée sur l'emballage.


Pour en savoir plus sur les systèmes d'assaisonnement, téléchargez notre dossier technique intitulé Des systèmes d'assaisonnement adaptés à vos besoins.

Ou contactez tna pour savoir comment nous pouvons vous aider à gagner en efficacité.

 

categoría: